Jeudi 6 août 2009 à 9:17

http://mybabou.cowblog.fr/images/4219211.jpg


Nous nous étions téléphoné pendant l'été, se souvient Michel Portal, le saxo de cristal de Pierre ...
J'avais une amitié assez particulière avec Barbara. On s'aimaient beaucoup. Lors de mon dernier appel téléphonique, elle ne m'avait rien dit de sa maladie, je ne me doutais de rien. L'année précédente, elle m'avait invité pour participer à son dernier disque mais je n'y suis pas allé  :  elle m'avait adressé Fatigue, par cassette. J'en était très touché. A cette période, je n'étais pas très bien, je n'avais pas osé rentrer là-dedans, je ne sais pas pourquoi... Cette chanson était très curieuse pour moi, un peu clef, un tournant. Je lui ai dit que je n'avais pas ma place dans ce morceau et que je n'osais pas le faire. Elle m'a écrit quelques mots  :  Je ne t'en voudrais pas, tu le fais ou tu le fais pas, mon chéri, je t'aime. Elle était l'extrême générosité, l'extrême enthousiasme, elle était la vie, la vigueur. Ensemble, nous parlions souvent de la solitude, nous sommes tous deux des solitaires. S'il fallait faire des recueils avec des dessins humoristiques, on marquerait pour nous  "  les solitaires  "  Pour d'autres,  "  les plaintifs  "  Nous parlions simplement de la solitude par rapport au Métier. Elle me disait souvent  :  Mais qu'est-ce que tu veux que je fasse ? Nous sommes des solitaires, mon chéri. Tu comprends, on ne peut pas faire ce métier et puis réaliser autre chose à côté. Mon chéri, tu étais fait pour vivre seul, toi aussi, on est là, comme ça, c'est la vie.
Barbara et moi, poursuit Michel Portal, nous parlions constamment de notre  "  mal de vivre  "  Personne ne la remplacera. Comme elle, je suis un musicien d'instinct. Quand on cherchait cette fragilité dans la chanson, c'était comme un murmure. Quand elle jouait, quand elle chantait, elle se basait sur une sensibilité extrême, aiguë. Avec mon saxophone, j'essayais de l'imiter. On aurait pu faire une chanson à nous deux, tout seuls. Elle avait aussi un amour caché pour la musique classique. Je ne lui ai jamais parlé de Mozart, de Chopin ou de Schubert. Sa façon de chanter était  "  classique  "  influence de ses études musicales. Depuis qu'elle a disparu, je n'ai pas bougé, je ne suis pas allé à l'enterrement, je suis paralysé. Je suis en colère contre la mort !

Michel Portal  ( Saxophoniste, Clarinettiste de jazz )

Par Paskale le Jeudi 6 août 2009 à 11:45
Ce témoignage est bouleversant...
Par repermusiques le Jeudi 6 août 2009 à 15:13
Beau témoignage :) J'ai enfin remis complètement à jour mon blog !!

Bises
Par http://www.annuaire-depannage-proximite.fr le Mercredi 19 août 2015 à 5:18
Dans la grande maison d'Eglantine
Les volets se sont fermés
Dans le matin léger, Eglantine
Pour toujours, s'en est allée,
Par http://www.vale2caro.fr le Lundi 25 janvier 2016 à 4:02
J'avais une amitié assez particulière avec Barbara. On s'aimaient beaucoup. Lors de mon dernier appel téléphonique, elle ne m'avait rien dit de sa maladie, je ne me doutais de rien. L'année précédente,
Par http://www.madeleinebrunelet.fr le Mardi 15 mars 2016 à 4:06
Exaltée et volage, amante passionnée et victime consentante.
Par http://www.nature-passion.fr le Samedi 28 mai 2016 à 8:46
Barbara était une artiste exceptionnelle et en même temps quelqu'un de très fragile et de douloureux.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast