Lundi 8 septembre 2008 à 8:44

 

 Perlimpinpin  ( Barbara/Barbara )  ( 1973 )

 

Pour qui, comment quand et pourquoi ?
Contre qui ? Comment ? Contre quoi ?
C'en est assez de vos violences
D'où venez-vous, Où allez-vous ?
Qui êtes-vous, Qui priez-vous ?
Je vous prie de faire silence
Pour qui, comment, quand et pourquoi ?
S'il faut absolument qu'on soit
Contre quelqu'un ou quelque chose
Je suis pour le soleil couchant
En haut des collines désertes
Je suis pour les forêts profondes

Car un enfant qui pleure,
Qu'il soit de n'importe où,
Est un enfant qui pleure
Car un enfant qui meurt
Au bout de vos fusils
Est un enfant qui meurt
Que c'est abominable d'avoir à choisir
Entre deux innocences
Que c'est abominable d'avoir pour ennemi
Les rires de l'enfance

Pour qui, comment, quand et combien ?
Contre qui, Comment et combien ?
À en perdre le goût de vivre,
Le goût de l'eau, le goût du pain
Et celui du perlimpinpin
Dans le square des Batignolles
Mais pour rien, mais pour presque rien,
Pour être avec vous et c'est bien
Et pour une rose entrouverte
Et pour une respiration
Et pour un souffle d'abandon
Et pour ce jardin qui frissonne

Ne rien avoir, mais passionnément,
Ne rien se dire éperdument,
Mais tout donner avec ivresse
Et riche de dépossession
N'avoir que sa vérité,
Posséder toutes les richesses,
Ne pas parler de poésie,
Ne pas parler de poésie,
En écrasant les fleurs sauvages
Et faire jouer la transparence
Au fond d'une cour au murs gris
Où l'aube n'a jamais sa chance

Contre qui, comment, contre quoi ?
Pour qui, comment, quand et pourquoi ?
Pour retrouver le goût de vivre,
Le goût de l'eau, le goût du pain
Et celui du Perlimpinpin
Dans le square des Batignolles
Contre personne et contre rien,
Contre personne et contre rien
Mais pour toutes les fleurs ouvertes,
Mais pour une respiration
Mais pour un souffle d'abandon
Et pour ce jardin qui frissonne

Et vivre passionnément
Et ne se battre seulement
Qu'avec les feux de la tendresse
Et, riche de dépossession
N'avoir que sa vérité,
Posséder toutes les richesses,
Ne plus parler de poésie,
Ne plus parler de poésie
Mais laisser vivre les fleurs sauvages
Et faire jouer la transparence
Au fond d'une cour aux murs gris
Où l'aube aurait enfin sa chance
Vivre,
Vivre
Avec tendresse,
Vivre
Et donner
Avec ivresse...

Par enya le Lundi 8 septembre 2008 à 9:46
Elles sont jolies les paroles mais j'ai honte, je ne connais cette chanteuse que de nom ! Bon je vais jeter un coup d'oeil pour me faire une idée :)
PS : Elle est très jolie la musique de fond ...
Par Pascale le Lundi 8 septembre 2008 à 19:04
Perlimpinpin!

De la poudre yeux pour nous faire croire que la vie est belle et nous tracer un chemin semé de roses... Alors qu'il n'en est rien.
Je reprendrai les mots de l'énergique et profonde chanson de J.J. Glodman
"Né en 17 à Leidenstadt"

...On saura jamais ce que l'on a vraiment dans nos ventres
Caché derrière nos apparences
L'âme d'un brave ou d'un complice ou d'un bourreau?
Ou le pire ou plus beau ?
Serions~nous de ceux qui résistent ou bien les moutons d'un troupeau
S'il fallait plus que des mots ?

Et qu'on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps
D'avoir à choisir un camp...



Magistrale interprétation!

BISOUS
Par chouchou2315 le Lundi 8 septembre 2008 à 19:23
J'avoue que les paroles sont très agréables...
Comme d'habitudes tu nous trouves de jolies choses :)
gros bisou pour toi ma Mybabouet a Pascale^^
Par Pascale le Lundi 8 septembre 2008 à 21:40
Mes messages me reviennent :(

Juste t'embrasser ^_~

A demain !
Par loindupiano le Lundi 8 septembre 2008 à 22:14
Comme l'indique mon nouveau pseudo, se sera loin de ma discothèque mais avec un lien pour notre chère Barbara dans mon espace...

bises & à bientôt

Philippe
Par loindupiano le Mardi 9 septembre 2008 à 18:48
Je viens d'acheter le 33 trs... Je l'écoute & c'est une merveille !!

A bientôt !!
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast