Lundi 20 juillet 2009 à 9:31




<  Tu ne te souviendras pas  >


Tu ne te souviendras pas  ( Barbara/Barbara )  ( 1962 )



Tu ne te souviendras pas
De cette nuit où l'on s'aimait,
Toutes les nuits cahin-caha
S'effeuillent au calendrier

Tu ne te souviendras pas
De mon visage, de mon nom,
Les marionnettes d'ici-bas
Font trois petits tours et puis s'en vont

Tu ne te souviendras pas
Du vent, des algues, de cette plage
De ce silence, de notre émoi
Quand se sont mêlés nos visages

Tu ne te souviendras pas
Nous étions là, émerveillés,
J'ai glissé un peu contre toi
Contre toi tu m'as entraînée

Tu ne te souviendras pas,
De nos corps couchés sur le sol,
Les corps s'enfoncent comme les pas
Dans le sable où le vent les vole

Tu ne te souviendras pas
Doucement, la nuit s'est penchée
Traînant dans son manteau de soie
Des morceaux de ciel étoilé

L'amour nous menait en voyage
Longtemps nous avons navigué,
La mer se cognait au rivage
Dans tes yeux je me suis noyée

L'amour nous menait en voyage
On s'est aimé, on s'est aimé,
Qu'il fut merveilleux le naufrage
Quand dans tes bras j'ai chaviré

Passent les jours, file le temps
S'égrènent les calendriers,
Brûle l'été, soufflent les vents,
Moi, je ne peux rien oublier

J'attends sur la plage déserte
Et je vis le creux du passé,
Je laisse ma porte entrouverte
Reviens, nous pourrons la fermer

Tu ne te souviendras pas
De cette nuit où l'on s'aimait
Toutes les nuits cahin-caha
S'effeuillent au calendrier

Par Paskale le Lundi 20 juillet 2009 à 15:49
Ah! Quelle merveille!
J'aime le timbre de sa voix de "cette époque" <3
Un délice! Quant aux souvenirs on en dit tellement à leur sujet que je ne sais plus quoi dire ^.^

BISOUS!
Par repermusiques le Lundi 20 juillet 2009 à 22:59
Mais si je m'en rappelle. J'ai le cd dans le meuble de la chaîne hi-fi ^^ Et peut être aussi sur un 33 tours...

Bisou :)

Ps : quel humour, n'est-ce pas ^^
Par http://www.maillotletouraperigueux.fr le Mercredi 19 août 2015 à 5:21
Je grimpais aux echelles de bois, faisait glisser les vitres coulissantes. Les livres m'intimidaient, m'émouvaient, me faisaient rêver...
Je commençai bientôt à lire Genet, Jouve, Proust, Maurice Sachs, Baudelaire,
Par http://www.optiquedu14juillet.fr le Lundi 25 janvier 2016 à 4:05
Le premier jour qu'il vit la fille
Il lui offrit un oeillet blanc
C'était pas une fille de famille
Mais elle avait des sentiments
Et elle en eut le coeur content.
Le second jour qu'elle vit le marin
Elle lui offrit un oeillet rose
Par http://www.winitro.fr le Samedi 28 mai 2016 à 8:51
Des mots précis, lucides, loin des grands discours et des champs de bluets.
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast