Mardi 28 avril 2009 à 9:37

http://mybabou.cowblog.fr/images/jklm.jpg

Croquis de Luc Simon


Ceux qui aujourd'hui découvrent Barbara en écoutant ses disques ou en visionnant ses concerts ressentent cette émotion. La vibration n'est pas la même qu'en scène mais sa voix et son image véhiculent son incroyable présence et ce lien unique qu'elle entretenait avec le public.

Barbara, c'est cette voix singulière et indissociable de sa personnalité partie intégrante de son magnétisme et qui, en présence du public, donne le meilleur d'elle-même. Au fur et à mesure que le tour de chant avance, sa voix s'échauffe. Elle monte un peu plus haut dans les aigus, s'approchant un peu plus des graves. Une voix douce à frémir, sans violence même lorsqu'elle dénonce le crime ou l'injustice, et devient plus fluide répondant aux sollicitations de ces vibrations invisibles que lui transmet le public. C'est une caresse. Du bien-être à partager. Elle et eux ont embarqué sur le même vaisseau pour un voyage dont le spectacle n'est qu'une escale parmi d'autres. Ils ne se séparent pas lorsque les projecteurs de la salle s'éteignent. Une autre lumière resplendit en eux dont ils gardent l'empreinte incandescente. Comme Barbara les emporte lorsqu'elle ne chante pas, ils vivent avec elle accrochée au cœur une fois rentrés chez eux. Ils attendent le prochain rendez-vous. Ils savent qu'elle leur voue une fidélité absolue. Comme elle le constatait elle-même, il n'y a pas d'explication logique, pas de formule magique. Barbara possède ce pouvoir de transcender les sentiments. Elle, qui avait puisé en elle-même tellement de force pour surmonter l'enfance blessée, possédait ce don communicatif, cette ouverture sur les autres. Cette capacité à faire passer dans un regard, dans un mot l'essentiel de la vie. " Je leur parle de choses qu'ils connaissent, disait-elle : la solitude, la perte de quelqu'un, le quotidien de chacun. Ils sont dans un moment de vulnérabilité, ils traversent un désert et savent que j'en ai traversé, que nous avons quelque chose en commun ; que je ne triche pas "

Cette force intérieure n'empêche pas les déchirures, les doutes. Chantez lui apparaît parfois dérisoire en comparaison des malheurs qui frappent l'humanité, comme les guerres, la faim... Elle s'interroge. Peut-on encore chanter quand sur la terre tout se déchire et quand autour de soi c'est trop souvent le soleil noir ? Donner, se donner comme cela, à corps perdu a ses limites. Elle se retrouve parfois au bord de l'abîme. Epuisée. Après la folie des tournées, des concerts qui se sont enchaînés nuit après nuit, une sensation de vide immense l'envahit. Il faut se séparer... C'est une respiration indispensable qu'elle doit prendre pour être encore capable de donner une fois prochaine. Elle ne part pas... Elle protège cet amour unique qui existe entre eux. Ce bonheur qui peut-être destructeur si on ne parvient pas à le canaliser. Elle s'endort pour se délivrer de cette fatigue, évacuer le doute et la peur de ne pas être à la hauteur de cette relation passionnelle avec le public. Elle doit se contraindre à les oublier un peu pour se reconstruire, pour rendre sur la scène ce qui lui a été donné. C'est une solitude choisie, nécessaire à son équilibre.

Elle s'isole aussi pour ne pas rester prisonnière de Barbara, ce personnage d'artiste qu'elle a construit plus ou moins consciemment pour échapper à son passé. La femme de théâtre qui range ses habits de scène vit avec cette sorte de contradiction. Ce besoin d'être aussi elle-même. Celle qui s'habille de blanc, qui aime s'endormir dans les tentures azur de sa chambre. Celle qui dans sa maison de Précy écoute la nuit silencieuse narguer ses insomnies. Barbara, la femme qui ne chante pas, ce double consubstantiel de celle qui chante. Elle ne peut pas se laisser enfermer sous le visage unique de Barbara sous peine de ne plus être authentique, de ne plus être cette vérité qui fonde sa relation avec le public. Malgré cette proximité de pensée, il y a un juste milieu à trouver, une certaine distance à respecter. Elle doit savoir fermer sa porte, déjouer les importuns, ceux qui ne sont pas capables de trouver eux-mêmes les limites à ne pas dépasser dans cette relation fusionnelle. Ceux qui attendent trop d'elle et qu'il faut bien éconduire. Barbara dans " L'enfant laboureur " ( 1973 ) tentera une explication afin de dédramatiser cette situation auprès de ceux qui lui rendaient parfois la vie impossible.
 
 
 
 
Didier Millot

Par kaa le Mardi 28 avril 2009 à 12:50
Belle analyse qu'il a fait là !
Et le croquis est tout simplement superbe.
Par poupoune le Mardi 28 avril 2009 à 16:34
le croquis est magnifique !!!
bonne fin de journée ma ptite babou !! gros bisous
Par repermusiques le Mardi 28 avril 2009 à 17:45
Encore un très beau témoignage...

Oui oui, le disque sur la voix qu'on m'a prêté est très intéressant ! Plus qu'Europe n°1 ! Je suis allé au direct en 7 heures et 9 heures... Je suis du coup convaincu que France-Inter est vraiment très bien ^^ Ah la la... Où est l'époque de Musicorama et des journalistes qui informent...

bises
Par Paskale le Mardi 28 avril 2009 à 19:32
C'est un roman ^.^

Nan, mais il a très bien observé, comme une sorte de psychanalyse ou comme une notice... Comment Barbara marche !!! ^.^
Le seul résumé à mon sens, ce croquis... Une femme qui chante!


BISOUS!
Par maud96 le Mardi 28 avril 2009 à 22:20
Croquis ? ou sanguine ? En tout cas, c'est beau !
En tout cas, toute cette tentative d'expliquer le besoin de se protéger de l'artiste est intéressante.
Si on est trop "mangée" par son personnage et son public, çà devient invivable...
Par autresrimes le Mercredi 29 avril 2009 à 11:03
coucou

jolis coups de pinceaux, de crayons en ce croquis

bonne journée
Par HadrienDupond|Hadrien Dupond} le Jeudi 17 décembre 2015 à 17:18
Super boulot, je vous remercie pour le travail qui requiert de l’investissement !
Par AlfredLabrecque le Samedi 6 août 2016 à 16:16
Tu fais du boulot super et c’est pour ça que je suis amoureux de ce blog
Par ThibaultBigault le Vendredi 21 avril 2017 à 12:27
Je vous remercie pour votre ecrit
Par DanielMassard le Dimanche 18 juin 2017 à 16:09
Tu fais de l’excellent travail
Par ArnaudBrunel le Jeudi 3 août 2017 à 20:45
Vous faîtes du boulot super
Par ClovisAmino le Vendredi 19 janvier 2018 à 15:05
Bravo concernant cet article très captivant.
Par Sylvie Boisset le Lundi 14 mai 2018 à 20:55
Merci pour votre edito
Par Ben Megret le Lundi 14 janvier 2019 à 11:49
Tu fais un boulot excellent , c’est pour ça que j’adore ce website !
Par Leonard Beaugency le Mardi 22 janvier 2019 à 19:12
Tu fais de l’incroyable boulot et c’est pourquoi je suis amoureux de ce site web
Par Heloise Sand le Vendredi 21 juin 2019 à 20:15
Vous faîtes du job excellent et c’est pour cette raison que je suis fan de ce blog !
Par ArmandWauqui le Mardi 25 juin 2019 à 20:58
Vous faîtes un travail super et c’est pourquoi je suis amoureux de ce site web
Par Dayana Rona le Mardi 5 novembre 2019 à 17:12
Excellent edito, je vous remercie pour ce boulot que vous faîtes !
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast